Le changement ?

En nous, le changement n’est pas possible si nous décidons l’inverse ou ne décidons pas avec nous-même. Pourquoi rester figé ? Parce qu’une part de nous croit qu’elle risque de mourir -si elle arpente ce qu’elle a assimilé à des zones de protection. Pourtant, l'on ne risque rien à parler une seconde avec soi-même pour éviter des violences.


A l'esprit des personnages universels intérieurs, je peux donner cette image :

Mon personnage n° 1 se sent inlassablement malheureux, à cause de son entourage, de sa vie qu’il juge médiocre, parfois sans base explicable. Il vit dans une « habitude » qui clame le malheur et le souci d’être victime, un cadre dont il ne « peut pas ! » (veut pas ?!) sortir (« peux pas ! ») et dont il fait la seule réalité pour lui-même. Cela n’est pas critiquable pour autant.

Mon personnage n°2 souffre de cette réalité douloureuse et veut…Arrêter de souffrir, en continuant d’accuser l’extérieur sans entendre sa sphère intérieure. Alors il consulte des thérapeutes, fréquente des formations en développement personnel et des stages. Mais aucun thérapeute n’est efficace, ou ne lui dit ce qu'il voudrait entendre. Tous les stages sont « bien sympas... ». Mon personnage numéro2 est épuisé et son compte en banque amoindri.

Mon personnage n°3 s’est assis.

Il s’est lancé dans ce vaste puits qu’est l’écoute intérieure :

tant de peurs, tant de peurs, tant de douleurs et besoin d’amour. Il a accepté qu’il était juste un être parfait qui ressent chacune de ses peurs parfaitement. Il a accueilli ses douleurs sans les combattre. Il a aimé percevoir ses peurs, contempler ses pleurs intérieurs. Il a compris que ses peurs lui appartenaient. ( Qu'il y avait un être plus grand en lui , dont l'accueil est sans faille, pour le prendre dans ses bras. ). Qu’il n’y avait pas de gel mais un besoin d’être réchauffé. Il a regardé dans son ventre, dans son cœur; derrière les larmes il a aussi vu la joie... Il a accepté ce qui est, en lui.

Et mon personnage numéro 3 a initié le changement intérieur... avec lui-même. Sa joie a initié la chaleur d’un feu agréable.

S'il a suivi des stages…Leur contenu n’a fait que réveiller une connaissance profonde en lui. Il a peut être consulté des thérapeutes… il dirigeait la séance grâce à leur outil-présence. Il a peut-être été malheureux, vexé, abusé, il ne l’a pas combattu, il a écouté, accueilli la douleur. 'Pourquoi cela en moi ? ' 'Pourquoi est-ce que je pleure?' 'J'ai le droit d'observer et d'accueillir ce qui pleure en moi et désire être soulagé'

De là nait l’éveil, la capacité à transcender, à changer notre réalité. C'est l'unique "changement" qui se produit : le reste n'est qu'ouverture pas à pas.

Voyez les pratiques boudhistes zen ... on s'assied ...on écoute. Et personne ne nous vole notre réalité ou nos croyances puisque les notres émergent depuis ce silence et l'on se retrouve.


Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags
Follow Us
Pas encore de mots-clés.
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now